🏆 Lancement du concours de rédaction

La Revue juridique Ă©tudiante de l’UniversitĂ© de MontrĂ©al a Ă©tĂ© fondĂ©e, par et pour des Ă©tudiants en droit, afin d’ouvrir un espace de publication pour les jeunes chercheurs et penseurs. La mission de la Revue est de sensibiliser les Ă©tudiants Ă  l’importance de la doctrine, pierre angulaire et source fondamentale en droit, ainsi qu’à la manière dont elle se construit. La Revue se veut ainsi un rempart contre une vision du droit le rĂ©duisant Ă  la recherche de l’application efficiente de la solution Ă  un problème juridique donnĂ©, au dĂ©triment de celle le concevant plus largement comme un exercice d’argumentation et d’analyse critique. Les dĂ©bats thĂ©oriques permettent dans bien des cas d’apporter un nouvel Ă©clairage et de dĂ©velopper une comprĂ©hension fine des raisons sous-jacents Ă  l’existence mĂŞme d’une règle de droit ou d’un rĂ©gime juridique. 

Dans cette perspective, la Revue souhaite lancer son premier concours de rĂ©daction en soumettant aux Ă©tudiants de la FacultĂ© la question suivante : 

Quels sont la raison d’être et le rĂ´le du juriste contemporain? 

Comme il s’agit d’une question très large, des pistes de réflexion sont proposées (ci-dessous, à la suite des règlements du concours). Celles-ci ne doivent en aucun cas être reprises, mais les participants peuvent s’en inspirer pour la rédaction de leur article.

L’exercice n’est pas de nature éditoriale et doit être présenté comme un article scientifique. L’article doit donc poser une question sous un angle critique, être soutenu par une recherche approfondie et être rédigé dans le ton approprié (neutre et détaché même lorsque des positions fortes sont avancées). La complexité de la réflexion et de la recherche ainsi que de l’originalité du raisonnement seront pris en compte, en fonction du cycle d’études.

Règlements du concours

1.  Critères d’admissibilitĂ©

Le concours d’adresse Ă  tous les Ă©tudiants de la FacultĂ© de droit de l’UniversitĂ© de MontrĂ©al inscrits aux sessions d’automne 2019 et d’hiver 2020. 

Les articles doivent ĂŞtre rĂ©digĂ©s en français ou en anglais et par un seul auteur. 

2.  Normes de soumission

Les articles doivent : 

  1. ĂŞtre transmis par courriel Ă  revue.juridique.udem@gmail.com en format Microsoft Word entre le 21 octobre 2019 et le 3 janvier 2020, Ă  minuit;
  2. être soumis avec une page de présentation indiquant le nom et le prénom de l’auteur, son adresse courriel, son numéro de téléphone, son cycle d’étude et le titre de son article. Le nom et le prénom de l’auteur ne doivent pas apparaître sur les autres pages de l’article;
  3. être d’une longueur de 15 à 20 pages. Les notes de bas de page doivent y être comprises, mais non la bibliographie;
  4. être rédigés à interligne et demi, 12 points et une police Times New Roman. Les marges doivent être fixées à 2.54 cm sur l’intégralité du document;
  5. contenir une bibliographie ainsi que des notes de bas de page. Les rĂ©fĂ©rences doivent ĂŞtre conformes Ă  l’édition la plus rĂ©cente du Guide des rĂ©fĂ©rences pour la rĂ©daction juridique de Lluelles et Ringuette ou du Manuel canadien de la rĂ©fĂ©rence juridique de la Revue de droit McGill (« McGill Guide »). 

3.  Évaluation des textes 

  1. Tous les articles soumis seront évalués en double aveugle par un jury professoral de l’Université de Montréal composé de 3 membres.
  2. Les articles seront Ă©valuĂ©s en fonction des critères suivants : 
  • Respect des règlements et des normes de soumission (10%)
  • QualitĂ© de la recherche (25%)
  • QualitĂ© du raisonnement juridique et de l’argumentation (20%)
  • OriginalitĂ© des idĂ©es de l’auteur et contribution au sujet de recherche (15%)
  • CohĂ©rence et structure du texte (10%)
  • Usage appropriĂ© du lexique juridique (10%)
  • QualitĂ© de la langue (grammaire, syntaxe, vocabulaire variĂ©) (10%)

4.  Prix 

1.     Premier cycle

Un prix de 500 $ sera décerné à l’auteur du meilleur article.

2.     Cycles supĂ©rieurs

Un prix de 750 $ sera décerné à l’auteur du meilleur article.

La Revue se rĂ©serve le droit de ne pas dĂ©cerner de prix si les articles soumis ne respectent pas les exigences du prĂ©sent règlement.  

Le gagnant sera contactĂ© par courriel au mois de mars 2020. Une annonce sera Ă©galement diffusĂ©e sur le site web de la Revue et ses rĂ©seaux sociaux. 

Les articles non gagnants, mais qui auront été retenus par le jury professoral pour la qualité de la rédaction pourront également être publiés dans le 5e volume de la Revue.

5.  License

Le gagnant du concours autorise la Revue juridique étudiante de l’Université de Montréal à reproduire et à publier l’article sur son site web ainsi que ses réseaux sociaux. Le texte sera notamment publié dans le 5e volume de la Revue au printemps 2020. Le gagnant doit également autoriser la Revue à divulguer son nom ainsi que le prix gagné sur tous les canaux de publication de la Revue.

6.  Note

La Revue juridique Ă©tudiante de l’UniversitĂ© de MontrĂ©al a pour mission de promouvoir la recherche Ă©tudiante et le partage d’idĂ©es par le biais de la rĂ©daction. NĂ©anmoins, les idĂ©es et les propos publiĂ©s n’engagent que leurs auteurs. 

Pistes de réflexion

  • La littĂ©rature juridique peut-elle ĂŞtre rĂ©ellement engagĂ©e? Voir notamment : Sylvio NORMAND, « La littĂ©rature du droit comme Ă©lĂ©ment structurant du champ juridique quĂ©bĂ©cois : une perspective historique Â», dans Ysolde GENDREAU (dir.), La doctrine et dĂ©veloppement du droit, MontrĂ©al, Les Ă©ditions ThĂ©mis, 2005, p. 1.
  • Le droit est-il une vĂ©ritable discipline? Voir notamment : Michelle CUMYN et MĂ©lanie SAMSON, « La mĂ©thodologie juridique en quĂŞte d’identitĂ© Â», (2013) 71 Revue interdisciplinaire d’études juridiques 1; Geoffrey SAMUEL, « Interdisciplinarity and the Authority Paradigm : Should Law Be Taken Seriously by Scientists and Social Scientists? Â», (2009) 36 Australian Journal of Law and Society 431.
  • Les juristes sont-ils Ă  mĂŞme de comprendre le système de justice et ses acteurs? Voir notamment : Beverley MCLACHLIN, « Accès Ă  la justice et marginalisation : l’aspect humain de l’accès Ă  la justice Â», (2016) 57-2 Cahiers de droit 225.
  • Les avancĂ©es de l’intelligence artificielle entraĂ®nent selon certains le risque de considĂ©rer le droit comme une information comme une autre, une marchandise soumise au marchĂ©, quelle est la plus-value apportĂ©e au droit par les juristes? Voir notamment: Neil SAHOTA, « Will A.I. Put Lawyers Out of Business? Â», Forbes, 2 septembre 2019.
  • Quelle est la place de l’éthique dans la formation des juristes? Voir notamment: Marie-Claude RIGAUD, « De l’orphelin Ă  l’enfant prodigue : l’enseignement de l’éthique et du professionnalisme dans les facultĂ©s de droit canadiennes Â», dans BenoĂ®t MOORE, Catherine PICHÉ et Marie-Claude RIGAUD (dir.), L’avocat dans la citĂ© : Ă©thique et professionnalisme, MontrĂ©al, Éditions ThĂ©mis, 2012, p. 91. Voir mĂŞme l’œuvre de fiction provocante : Jean-Philippe BARIL BÉRARD, Royal, MontrĂ©al, Éditions De ta Mère, 2016.
  • Si en 2011, 50% de jeunes juristes choisissaient dĂ©jĂ  une carrière non-traditionnelle et en 2016, 40% estimaient que les attentes qu’ils avaient par rapport au marchĂ© du travail lorsqu’ils Ă©tudiaient Ă  l’universitĂ© n’étaient pas rĂ©alistes, comment pourrait-on dĂ©finir et faire valoir le rĂ´le des juristes? Voir notamment : BARREAU DU QUÉBEC, COMITÉ SUR LES PROBLÉMATIQUES ACTUELLES RELIÉES Ă€ LA PRATIQUE PRIVÉE ET L’AVENIR DES PROFESSIONS, Les avocats de pratique privĂ©e en 2021, juin 2011; JEUNE BARREAU DE MONTRÉAL, Situation de l’emploi chez les jeunes avocats du Barreau du QuĂ©bec, Rapport final, 16 fĂ©vrier 2016.